Accueil > Luxe & Spiritualité – Arnaud Malherbe, le tarot spirituel et ancré

Luxe & Spiritualité

Arnaud Malherbe, le tarot spirituel et ancré

 

Plus populaire que jamais, le tarot séduit de nouveaux adeptes souhaitant renouer avec le symbolisme et une certaine spiritualité. À l’occasion d’une séance de tirage avec Arnaud Malherbe, tarologue à Paris, j’ai eu l’occasion de découvrir de plus près ce qui est souvent considéré, à tort, comme un art divinatoire. Pour nous, il revient sur les origines du tarot et le sens qu’il peut donner à notre vie.

Avant toute chose, qu’est-ce que le tarot?

Le tarot est un héritage de l’humanité qui a le pouvoir de révéler notre personnalité et possède la faculté de nous éclairer sur toutes les situations de notre vie. Une consultation peut répondre à plusieurs problématiques ou questionnements de l’orientation professionnelle à la vie de couple. C’est avant tout un outils de découverte de Soi très puissant. Grâce aux symboles, à la numérologie et aux archétypes il est possible d’accéder à une meilleure connaissance de nous-même dans le présent pour construire notre devenir en pleine conscience.

Qualité de ce qui est de l’esprit, la spiritualité peut prendre de multiples formes. Pour vous qu’est-ce que la spiritualité ?

Croyance, méditation, religion il est vrai que la spiritualité est devenue une appellation tiroir. Il y a plusieurs courants à la spiritualité comme à l’occultisme ou au spiritisme d’ailleurs. Le tarot a une dimension immatérielle, ne serait-ce que dans son vocabulaire ; les cartes sont appelées des lames (car elles parlent à l’âme) et les atouts des arcanes (terme signifiant secret, mystère). Comme l’enseignait mon professeur d’astrologie, la vraie spiritualité consiste d’abord à se connaitre. Érasme déjà le disait : on ne nait pas homme on le devient. Se connaitre permet de s’alléger pour aller vers l’élévation.

« La vraie spiritualité consiste d’abord à se connaitre ». 

Quelles sont les origines du tarot de Marseille et quelle a été son évolution ?

Personne ne sait véritablement où et comment est né le tarot. Des cartes ont été retrouvées sur tous les continents du globe et les Égyptiens l’utilisaient déjà. Le tarot n’avait pas sa dimension spirituelle contemporaine, il s’agissait purement de cartes à jouer. Les cartomanciennes n’effectuent pas leurs tirages avec les arcanes majeurs, mais avec les arcanes mineurs comme un deux de pique ou une reine de cœur. C’est seulement plus tard qu’on a commencé à utiliser les arcanes majeurs à cet effet. On trouve en Italie dès le XIVe siècle les premières représentations de ces arcanes majeurs ; ils ont évolué depuis et leurs illustrations ont changé.

Comment le tarot distingue-t-il d’autres jeux ou des oracles de plus en plus populaires ?

Actuellement, l’offre chez les libraires et les revendeurs est massive, particulièrement pour les oracles, qui définissent des cartes bien différentes du tarot. Le tarot a toujours la même structure tandis que les oracles sont plus variés et paraissent plus faciles d’accès, car ils délivrent un message très direct et sont généralement accompagnés d’un guide.

Il existe plusieurs tarots dits de Marseille qui ont tous en commun leurs 56 arcanes mineurs (4 séries de 14 cartes de l’As au Roi, nos jeux de cartes dits classiques) et 22 majeurs (cartes numérotées de 0, Le Mat à 21, Le Monde), mais les illustrations changent. Bien que la structure reste la même, dans le tarot américain la Maison Dieu devient la Tour, le Bateleur est parfois appelé le Magicien et le Mat devient le Fou. Le nom diffère mais la symbolique demeure.

Tarot de Marseille

Le tarot est parfois assimilé à la divination, pourtant lors de notre consultation, j’ai pris conscience qu’il était plutôt question de pistes de réflexion que de projections. Vous rappelez d’ailleurs que « la question est plus importante que la réponse » …

Je n’utilise pas le tarot dans un mode divinatoire, ce qui m’intéresse c’est d’y poser un regard moderne et plus philosophique qu’ésotérique. La pratique évolue aujourd’hui, il y a tout un courant de psychologue et de chercheurs qui mettent en parallèle les arcanes et certains profils psychologiques, comme les archétypes identifiés par Carl Jung. Avant tout, les cartes permettent de faire réfléchir, comme le ferait un test de Rorschach (test d’évaluation psychologique à l’aide de taches d’encre). On peut bien sûr être étonné d’un tirage; je remarque plusieurs prises de conscience suite à une consultation tandis que pour d’autres le tirage devient une confirmation de ce que l’on sait déjà. Bien utilisé, le tarot, comme l’astrologie, peut devenir un révélateur, une boussole.

“Bien utilisé, le tarot, comme l’astrologie, peut devenir un révélateur, une boussole”.

Sommes-nous tous sensibles à un tirage ou faut-il avoir une certaine foi en la pratique ?

Il faut, quoi qu’il en soit, rester terre à terre, le tarot c’est concret ! Pour s’élever il faut être ancré et veillez à ne pas trop avoir la tête dans les étoiles. Tout le monde dispose d’une sensibilité, d’intuition, il faut savoir se faire confiance. Il est surtout question d’empathie. En matière de tarot, comme dans bien d’autres domaines, confronter des points de vue, essayer, jouer et ne pas se prendre au sérieux priment pour rester centré.

“Pour s’élever il faut être ancré et veillez à ne pas trop avoir la tête dans les étoiles”.

Constatez-vous l’ouverture au tarot d’une nouvelle sorte d’adeptes ?

Je n’ai pas forcément le recul nécessaire, car bien que je m’intéresse au tarot depuis une dizaine d’années j’exerce à plein temps depuis environ deux ans. Il est certain que sur ces derniers mois je constate l’effet du confinement. Beaucoup se réinventent et viennent me voir pour aborder une reconversion, un changement de vie. Il n’y a pas de profils type, mais c’est vrai un peu plus de femmes que d’hommes me consultent. J’ai observé des personnes très rationnelles changer, devenir moins radicales jusqu’à en venir elles-mêmes à tirer les cartes.

Vous organisez des ateliers initiatiques et des tirages relativement « simples » à effectuer. Tout le monde peut-il s’improviser tarologue ?

Comme à l’école il faut avant tout commencer par l’alphabet c’est à dire comprendre le symbolisme des lames. Une fois assimilé, le tarot devient un ami et on progresse par la pratique. J’aimerais d’ailleurs proposer des stages plus approfondis, avec plus de personnes quand la situation sanitaire le permettra. Pour effectuer un tirage, il faut être à l’aise avec le fait de se tromper. Prêter une attention profonde à l’autre aide. La posture, l’attitude compte, car le tarot est basé sur un échange et des énergies, bien que je propose des consultations à distance.

Pensez-vous qu’il y ait un engouement nouveau pour ces pratiques ou qu’à un phénomène historique s’ajoute plutôt une médiatisation ou du moins le fait d’enfin assumer ce questionnement intime aux yeux du monde ?

Malgré c’est vrai, un effet de mode, les clichés et une certaine méfiance subsistent envers le tarot et ses adeptes. Beaucoup pensent encore qu’il est question de croyance, de religion alors que le tarot est très matériel il ne s’agit pas de croire, mais d’expérimenter ! Celui qui depuis les années 80 a le plus contribué à démocratiser le tarot est sans conteste Alexandro Jodorowski, qui l’a popularisé par son école et son livre La Voie du Tarot.

« Il ne s’agit pas de croire, mais d’expérimenter ».

La tarot Rider Waite, dessiné par Pamela Colman Smith en 1909

Craignez-vous certaines dérives face à cette nouvelle popularité du tarot ?

Il y a des diplômes de tarologue mais aucun n’est aujourd’hui reconnu par l’État. Certaines formations en ligne délivrent des certificats qui n’ont aucune valeur. J’ai pour ma part suivi une formation avec un code de déontologie. Cela fait entre 5 et 10 ans que je pratique et je continue de me former, de suivre des stages. Il faut aussi faire attention au côté addictif et à l’effet de mode du tarot, certains n’osent plus prendre de décisions sans une carte. Faire un tirage de façon régulière n’est en soi pas un problème tant que l’on conserve la distance nécessaire. Une carte, quelle qu’elle soit, peut mettre en lumière une intention pour la journée, mais ne doit pas créer de blocage. Dans toute forme de thérapie ou même de divertissement, il y a une part d’addiction. Utilisé avec humilité, il n’y a aucun risque, mais il faut, comme dans de nombreux domaines, veiller à ce que personne ne cherche à prendre l’ascendant.

Symbolisme, détails narratifs poussés, esthétique forte, finalement il y a dans le tarot beaucoup de traits communs à l’Art et au luxe ?

Peut-être, car au-delà de sa présence dans l’imaginaire collectif, le tarot dispose d’une profondeur et d’une richesse incomparable. Il existe une littérature foisonnante sur le sujet. Les illustrations des lames relèveraient de la géométrie sacrée, il n’y aurait aucun hasard. Les cartes renferment de multiples secrets et une certaine perfection. On y trouve de la numérologie, et, alors que nous ne sommes qu’au balbutiement de la physique quantique, on trouve peut-être déjà un peu de cela dans un jeu de tarot.

Pensez-vous que la fascination pour le tarot, et plus largement le mysticisme, répondent à une envie de réenchanter le monde, de nous reconnecter à nos instincts en réponse à la rationalisation extrême de nos sociétés ?

Nous vivons une période particulière caractérisée par une perte de sens. Ce sens nous le cherchons ailleurs, pour nous élever et nous libérer de ce qui nous englue à travers un questionnement plus profond. Nous avons besoin de nous nourrir de symboles pour retrouver une forme d’unité. Nous vivons dans un monde éclaté, nous adoptons divers rôles en fonction du contexte et malheureusement tout cela divise et est contre nature. Selon moi, le problème est aujourd’hui que tout est mis au même niveau, par manque de compréhension les notions sont aplaties, simplifiées à l’extrême.

Rappelons que pour être médecin jusqu’au XVIIIe il fallait être astrologue, voir les choses de façon holistique et comprendre le corps dans sa globalité. Aujourd’hui, toutes les pratiques sont séparées, on regarde les feuilles de l’arbre sans observer ses racines. Dans les médecines traditionnelles indiennes et chinoises, on retrouve cette sagesse, cette vision globale du corps et de l’esprit. Le tarot redonne un peu de profondeur à tout cela, répond à cette pression d’uniformité. Comme un puzzle tout cela fait partie d’un tout, dans un contexte de crise notre quête de sens est exacerbée.

Le retour à la spiritualité s’accompagne d’une appréciation renouvelée pour la nature. Quel rôle le tarot prête-t-il à cette dernière ?

La nature et ses éléments font pleinement partie du tarot. On y trouve la lune et le soleil, principes clés du féminin et du masculin, mais aussi des plantes, des arbres et des animaux. De nombreuses espèces animales apparaissent dans un jeu de tarot : chevaux, chiens, loups, lions, aigles ou taureau. J’aime penser que ceux qui, des siècles avant nous, ont créé ces cartes y ont encodé les secrets de la nature afin de nous les transmettre.

Tarot de Marseille et tarot Rider Waite, La Force et son lion et La Lune figurant chiens et écrevisse

Quelles sont les demandes des marques de mode et de luxe avec lesquelles vous avez collaboré pour leurs projets évènementiels ?

Il y a bien sûr un côté marketing, un désir de faire le show, je reçois parfois des requêtes surprenantes et j’en refuse certaines. Je garde quoi qu’il en soit ma sincérité. Ce sont généralement de beaux instants d’échanges, qu’il s’agisse d’évènements clients ou de rencontres destinées aux employés de marques de mode ou d’hôtels.

Quelle est votre lame préférée, pourquoi ?

Cela dépend des moments. J’achète des tarots anciens, ils ont traversé les siècles et leurs cartes m’accompagnent même dans mon quotidien. Actuellement, je me concentre sur la Force, une carte que je conserve près de moi. Le tarot est un formidable livre des secrets dont on ne se lasse jamais.

 

Arnaud Malherbe © Photo Arnaud Malherbe

Merci à Arnaud pour son temps et son précieux témoignage. Les ateliers d’initiation au tarot et consultations proposés par Arnaud sont à découvrir sur son site internet. Je vous recommande également l’épisode 29 du podcast La Petite Voix pour écouter son témoignage. Dessiné par Arnaud, Le Tarot des Confinés aux cartes pleines d’humour est disponibles sur son site.

Cette interview a été imaginée en complément de l’article précédemment publié s’intéressant au lien entre le luxe et la spiritualité.

Partagez cet article
error: Ce contenu est protégé